Verbatim de l’interview de Chantal ATELIN lors de l’exposition PACA

ATELIN_Chantal_Sans_titre

ATELIN_Chantal_Sans_titre

  Pour écouter l'interview : enregistrement1

 
« … L’image, la forme vient d’un film de Kurizawa et ça a donné le bois qui est dans la grotte, là, sa forme je l’ai reproduite sur ces 3 résines. On a l’impression, beaucoup de gens me disent que – c’est vrai – c’est une première pièce elle a été faite, elle a été finie hier : c’est la première de toute une série et les gens me disent : ça n’a rien à voir avec ce qui existait auparavant. 

Or ce n’est pas tout à fait vrai car à l’origine, je sculptais de l’ardoise d’une façon très géométrique que je griffais et que je peignais en bleu ; alors la couleur bleue on la retrouve et la géométrie également dans le métal puis je suis passé au marbre et le marbre, je le travaillerai plus en courbes et les courbes, on les retrouve là. 

En fait, je me suis rendue compte qu’il y a un fil conducteur et on a l’impression que c’est une troisième vie dans la sculpture, ce qui n’est pas faux mais on ne se libèrera jamais de ses sources. 

Le sens, c’est une volonté systématique de faire de la légèreté : à ma dernière exposition au Bateau-Lavoir, j’ai du déplacer un camion de 40 mètres cube avec des pièces de 400 à 600 kgs et là, la sculpture elle est dans l’air, quoi… Elle est légère : chaque pièce pèse 4,5 kgs et quand il y a du vent, ça se balade, ça bouge, au vent, c’est ce que je souhaitais : rendre quelque chose de léger… »

Mél : chantal.atelin@wanadoo.fr

Site : http://perso.orange.fr/ch.atelin/